Qu'est-ce qu'une coopérative?

S

Selon l’Alliance coopérative internationale (ACI) , une coopérative est « une association autonome de personnes volontairement réunies pour satisfaire leurs besoins et aspirations économiques, sociaux et culturels communs au moyen d’une entreprise dont la propriété est collective et où le pouvoir est exercé démocratiquement ».

Qu'est-ce que cela signifie? Cela signifie qu'un groupe de personnes peut se réunir pour atteindre un objectif convenu et profiter des avantages d'une entreprise coopérative. Cet objectif consiste souvent à avoir accès à des produits, comme des produits biologiques, ou à un service, comme l'électricité, ou encore, à co-détenir et cogérer son lieu de travail. En général, une coopérative est une entreprise détenue et contrôlée par les personnes qui en sont les usagers.

 

Entité constituée en société à responsabilité limitée, les détenteurs de parts de la coopérative sont appelés membres. Les membres bénéficient généralement de la coopérative de deux façons :

  • Les produits et services sont personnalisés pour répondre à leurs besoins

  • S’il s’agit d’une coopérative de travail ou d’une coopérative multipartite dont les travailleurs sont membres, ces derniers peuvent contrôler leur propre lieu de travail et obtenir de bonnes conditions de travail et des salaires équitables

  • Sauf pour les coopératives à but non-lucratif, une partie des bénéfices peut être redistribuée aux membres en fonction du volume d'affaires qu'ils réalisent avec la coopérative.

 

Une des caractéristiques distinctives des coopératives est la règle « un membre, un vote ». Ce mode de prise de décision diffère de celui qu’utilisent d’autres modèles d’entreprises où les votes sont liés au nombre d'actions détenues - c'est-à-dire que ceux qui ont le plus d'actions obtiennent le plus de votes. Le résultat est une prise de décision et une répartition des bénéfices plus équitables, et souvent une structure d'entreprise plus stable.

Les coopératives sont présentes dans la plupart des secteurs de l'économie - des raffineries de pétrole aux garderies, en passant par les logements, les épiceries, les usines et les magasins de toutes sortes - et peuvent fournir presque tous les produits ou services - des panneaux solaires au dentifrice en passant par les soins de santé. Il peut s'agir d'entreprises à but lucratif ou non lucratif. Elles existent depuis longtems tant dans les zones urbaines que rurales.

De nombreuses coopératives adhèrent aux principes coopératifs de l'ACI. Ces principes sont :

1. Adhésion volontaire et ouverte à tous

2. Pouvoir démocratique exercé par les membres

3. Participation économique des membres

4. Autonomie et indépendance

5. Éducation, formation et information

6. Coopération entre coopératives

7. Engagement envers la communauté

 

Certaines recherches montrent que les coopératives sont particulièrement efficaces, notamment :

  • Dans les secteurs à forte intensité de main-d'œuvre (faibles besoins de capitalisation), mais pas nécessairement (il suffit de penser à Mondragon, au Pays basque).

  • Lorsqu'un groupe de personnes a une vision solide, des objectifs communs ou partage un besoin ou une vision sociale.

  • Lorsqu’il existe de solides réseaux inter-entreprises ou intra-entreprise.

  • Dans les communautés où il existe des liens communautaires forts.

  • Lorsque les travailleurs ou les membres de la communauté ont une forte situation géographique et sectorielle.

  • Dans des situations émergeant de crises plus larges ou de défaillances du marché (mais pas uniquement : les coopératives peuvent aussi être de solides start-ups).

  • Lorsque les propriétaires d'entreprises conventionnelles souhaitent en assurer la succession, en particulier lorsqu'aucun autre repreneur ne se montre intéressé.

  • Les coopératives sont particulièrement résilientes en temps de crise et ont tendance à moins faire faillite que les entreprises conventionnelles, car leurs membres y sont très attachés et sont souvent issus de la communauté locale.

Types de coopératives

Les quatre types de coopératives, que l'on retrouve dans tous les secteurs de l'économie canadienne et mondiale, sont :

  • Coopératives de travailleurs

  • Coopératives de consommateurs

  • Coopératives de producteurs / de commercialisation

  • Coopératives financières (crédit, assurances, etc.)

 

Et il existe aussi des formes hybrides :

  • Coopératives multipartites ou de solidarité

  • Coopératives de nouvelle génération

  • Coopératives de travailleurs actionnaires

​​

Pour plus de détails sur les différents types de coopératives, consultez CooperativesFirst.com/Types-of-Cooperatives/

Statistiques sur les coopératives au Canada

​•    Il existe environ 8 800 coopératives au Canada.
•    Quatre adultes canadiens sur dix sont membres d'une coopérative.
•    Les coopératives emploient directement plus de 150 000 personnes.
•    Elles réalisent un chiffre d’affaires d’environ 34 milliards de dollars par an.
•    Sept coopératives canadiennes figurent parmi les 500 plus grandes entreprises
•    Desjardins est la 6e institution de services financiers en importance au Canada, avec 190 milliards de dollars d'actifs.
•    Plus d’un milliard de personnes dans le monde sont membres d’une coopérative (dans le réseau de l'Alliance coopérative internationale). Ces coopératives comptent 3 000 milliards de dollars d'actifs.

Huit avantages de la conversion en coopérative pour les propriétaires d'entreprise

 

(Voir  Vieta, Depedri & Carrano, 2017 ):

  1. En vendant aux employés – « ceux qui connaissent bien l'entreprise » – les propriétaires-cédants peuvent obtenir un prix optimal pour la vente de leur entreprise.

  2. En l'absence d'un repreneur, les employés pourraient être les mieux placés pour « conserver le savoir-faire, […] les marchés » et la valeur de l'entreprise.

  3. La vente à de  employés ou à des membres de la communauté empêche l'entreprise de tomber entre les mains de concurrents.

  4. Il y a une « dimension émotionnelle » positive à savoir que les emplois seront maintenus par la vente à ses employés.

  5. Une transition plus progressive et plus fluide est possible lors de la vente à des employés ou à des membres de la communauté, avec des « conséquences moins négatives pouvant préserver l'histoire et l'identité » de l'entreprise.

  6. Les employés connaissent déjà l'entreprise, les clients et le « fonctionnement de l'entreprise ».

  7. « La collaboration avec les clients, les banques et les fournisseurs n'est pas interrompue. »

  8. Le développement et la pérennité du territoire sont potentiellement maintenus, évitant la « désertification de certaines régions » par la fermeture ou le déplacement d'une entreprise.

    • Les économies locales sont également préservées grâce à la propriété locale et aux emplois locaux.

    • Les coopératives surmontent généralement mieux les moments de crise que les entreprises conventionnelles.

    • Les coopératives peuvent effectivement opérer dans des secteurs présentant des défaillances du marché et les faire revivre.

Quatre avantages de la conversion en coopérative pour les employés ou la communauté

 

(Voir  Vieta, Depedri & Carrano, 2017 ):

  1. Des emplois peuvent être sauvegardés dans les communautés locales.

    • Les travailleurs ou les membres de la communauté sont intimement liés au milieu local et sont moins susceptibles de vendre ou de fermer l'entreprise.

    • Les coopératives de travail ou multipartites surmontent généralement mieux les moments de crise.

  2. Une coopérative de travailleurs peut renforcer la « stabilité financière de l'entreprise » puisque « les membres-travailleurs sont motivés par les résultats de la coopérative ».

  3. La « double identité » du salarié en tant que « travailleur et propriétaire de l'entreprise » réduit les « risques liés à la propriété » car ils sont protégés. Dans une coopérative de travailleurs, les membres sont ceux qui contrôlent le capital, plutôt que des investisseurs.

  4. Les fédérations coopératives et d’autres organisations institutionnelles (qu’on trouve en Italie, en France, en Espagne, au Québec, etc.) fournissent des structures supplémentaires de soutien aux entreprises et des mécanismes financiers dans lesquels les membres-travailleurs peuvent puiser, ce qui leur donne un avantage concurrentiel supplémentaire.