Screen Shot 2021-10-19 at 10.55.23 AM.png

ÉTUDE DE CAS
Coopérative de travailleurs d'ambulance de l'Estrie (CTAE)
Transformer un service d'ambulance en coopérative*

Nous entendons plus souvent parler d'entreprises qui ont réussi à se convertir en coopératives que d'entreprises qui n'ont pas réussi. Mais les échecs sont aussi des occasions d'apprentissage et de croissance. En ce sens, les "échecs" ne sont pas nécessairement des échecs ; ils peuvent être des moments charnières où la croissance se poursuit dans de nouvelles directions. Il semble y avoir une présomption selon laquelle, si nous voulons réussir, nous devons nous tourner vers ceux qui ont réussi, et non vers ceux qui ont échoué. Apprendre des luttes des autres peut nous aider dans les nôtres.

Ces minis cas contiennent les histoires de quatre entreprises qui ont exploré la possibilité de se convertir en coopératives et qui ont ensuite réalisé qu'une conversion en coopérative ne leur convenait pas. Une BCC est un moyen de sauver une entreprise qui, autrement, fermerait ses portes en transférant la propriété à un groupe d'individus (qu'il s'agisse des employés, de la communauté, des clients, des fournisseurs ou de toute combinaison de parties prenantes) qui, eux, transformeront l'entreprise en coopérative. Les quatre études de cas présentées dans ce rapport, qui illustrent des CCC potentielles qui ne se sont finalement pas concrétisées au Canada au cours des dernières années, sont les suivantes : un restaurant d'entreprise sociale, un centre culturel situé dans un édifice patrimonial, une usine de pâtes et papiers dans une ville industrielle et une épicerie de petite ville.

*Recherche et rédaction d'étude de cas par Vincent G. Proulx, Claude-André Guillotte et Étienne Fouquet (2021)